Leçon 19 – S’engager : Quand la grève devient création. Fermaille et autres manifestations.

Il y a fallu un hasard de rencontres imprévues pour que je me rende, lundi soir, au lancement du #7 de Fermaille, à l’Île noire dans le Quartier Latin. Je ne connaissais pas vraiment l’initiative jusqu’à ce que je me retrouve au fond du bar, entourée de tous ces étudiants aux yeux brillants, aux langues déliées, aux poings levés et au souffle créateur.

Fermaille est leur exutoire, une plateforme qu’ils se sont donnés pour créer et échanger en marge des mouvements étudiants contre la hausse des frais de scolarité, mais pas seulement à cause d’eux, mais « aussi hausse de nos angoisses individuelles et collectives comme en témoignent l’actuel paysage artistique estudiantin et cette souffrance d’isolement qui en résulte », scande leur manifeste.

Un vrai de vrai manifeste, avec des dents, du cœur, de l’indignation et de la liberté :

Fermaille
est cet espace
où nous sommes
ce que nous avons à faire. 

7e numéro, 7e semaine de grève : les intrépides membres s’étaient donnés pour mandat d’imprimer chaque semaine (le lundi) une sélection des textes parus durant la semaine sur leur site Web. Le résultat est tout simplement ahurissant. La revue, mince feuillet où le rouge domine, présente une quinzaine de textes, poèmes et idées, où l’inventivité rime avec espoir.

Cette bataille, les étudiants ne la mènent pas seuls, des écrivains et des artistes les appuient : Michel Vézina, Bertrand Laverdure, Jean Barbe et Marie-Christine Lemieux-Couture (explosif poème Speak rich en tabarnaque paru dans le numéro) ont fait résonner le bar de leur verve appuyé ou de leur écoute inconditionnelle.

Hier, était également mis en ligne la vidéo « Les écrivains contre la hausse » : écouter, réécouter, partager. Les écrivains s’engagent. Ils et elles crient leur dégoût, leur haine des mesures libérales, et appuient sans limites leurs jeunes confrères. Ce matin, déjà, il a été vu pas moins de 2859 fois en 24 heures.  

« Quand on doit payer avant d’exister, c’est qu’on est déjà vendu, qu’on est plus qu’une marchandise »    

Laurent Chabin

La salle de l’Île noire était pleine à craquer en ce lundi soir d’un début d’avril survolté. Montréal faisait la belle pour ces jeunes qui pavent eux-mêmes leur avenir à coups de poésie et de vers, de mots survoltés et de créativité qui rime avec engagement. 

Pour tout savoir sur Fermaille, visitez leur site : http://fermaille.com/

Pour rejoindre le groupe Écrivains contre la hausse des frais de scolarité : http://www.facebook.com/groups/132486336880584/144601479002403/?notif_t=group_activity

About these ads

2 réflexions sur “Leçon 19 – S’engager : Quand la grève devient création. Fermaille et autres manifestations.

Les commentaires sont fermés.